PORTAIL DE TOUS LES GOUTS

EXPRESSION ECRITE 1




 
Sujets pour s'entraîner à l'expression écrite :

Sujet 1
Racontez un récit où vous évoquez le souvenir (réel ou imaginaire) d'une visite chez un voyant ou un guérisseur.
  Quand j'étais encore enfant, je me rappelais ce jour où je tombai malade à cause d'une forte migraine, maman ne savait quoi faire. Alors sa voisine la clama et l'a conseilla de m'emmener chez le guérriseeur qui se trouvait au village proche de notre ville.
  Dès que nous étions arrivé chez le guérisseur, une grande chambre pleine de toutes sortes d'herbes sèches attira mon attention. Il me donna des paquets d'herbes et me recommanda de les brûler sur le feu chaque fois où je voulais dormir. Maman lui versa quelques dirhams sur les bras. Enfin nous avons pris le chemin du retour.

 






Sujet 2
Beaucoup de marocains ont toujours recours de nos jours aux services des voyants et des guérisseurs. Selon vous, pourquoi ces gens-là croient-ils à ces charlatans? Parrtagez-vous le même point de vue qu'eux 
   Il va sans dire que une grande partie des marocains, notamment les femmes, croient à ce que disent les voyants. Les marocains se rendent chez les voyants pour demander guérison, ou pour chercher la chance pour réussir dans la vie ainsi que pour se marier. Pourquoi donc les marocains croient-ils aux paroles des voyants ?
   En effet, on peut citer le problème d'analphabétisme, la pauvreté (étant donné que les frais de soins chez un médecin sont chers), les traditions (les grands-père conseillent leurs petits-fils de consulter un voyant au lieu d'aller chez le médecin. Mais ce cas on peut le trouver chez les jeunes filles cultivées qui cherchent un mari.







Sujet 3
Les souvenirs d'enfance restent gravés dans la mémoire. Rédigez un texte où vous évoquez vos premiers souvenirs à l'école, vos sentiments et vos commentaires.
  Rien de plus beau qu'être enfant. J'étais enfant de 6 ans, la fête de Achoura ne lui restait qu'un jour, tous les amis du quartier ramassent des paquets pour les remplir d'eau, certains d'autres achetaint des oeufs afin de les jeter contre nos adversaires de l'autre quartier.
   Le jour est venu, c'était 10 heures du matin, le silence était mortel, j'étais sûr que tout le monde attendait le début du combat. Soudain le premier garçon de l'autre quartier apparut, des coups de paquets remplis d'eau et des oeufs se précipitent sur lui par notre groupe. Il se mit à pleurer et partit se plaindre chez mon père. Quand je revînt à midi, mon père me punit durement. J'avais juré de ne jamais refaire celà, mais le souvenir était gravé dans ma mémoire.

Pour contacter l'dministrateur sur Facebook, cliquez sur l'icône







Commentaires sur cette page:
Commentaire de mohemmed mbk( mohemmed-bmhotmail.fr ), 24/10/2013, 20 08 21 (UTC):
j'aime cette sujets



Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre adresse e-mail:
Votre message: